Meringues de blancs de pois chiches

Bon, vu la folie qui s’est emparée des internets (et de moi) à l’annonce de la découverte de Révolution Végétale (qui porte bien son nom pour le coup), j’ai fait des meringues pour la première fois de ma vie 🙂 Ceci est mon premier essai, pas d’entraînement derrière !

DSC_0125

Je traîne mes basques sur le groupe anglophone et sympathique Vegan meringue : hits and misses!, et j’ai essayé la recette de base donnée là bas.

Pour les proportions : le principe c’est de mettre 1,3 fois le volume de jus de pois chiches en sucre.


Ici, j’ai récolté 3/4 de cup de jus de pois chiches ( en bocal, marque Jardin bio, j’ai soigneusement choisi le bocal le plus juteux en rayon 🙂 ) J’ai donc mesuré 1 cup de sucre (blond, ici, acheté en vrac à la biocoop). J’ai utilisé un four électrique sans chaleur tournante, et mon batteur est un batteur à main tout bête. Mon four chauffe beaucoup, je ne l’ai pas préchauffé. Si chez vous c’est nécessaire, faites le avant de commencer!


* 1 : Battre le jus à puissance maximale jusqu’à ce qu’il devienne bien mousseux.

* 2 : On continue à battre et on incorpore le sucre cuillère à soupe par cuillère à soupe (c’est important)

* 3 :  Quand on a fini d’incorporer le sucre, on a une texture épaisse et collante, qui file et qui brille.

* 4 : Là, on peut mettre le mélange dans une poche à douille et le pocher sur une plaque recouverte de papier sulfurisé ( ne pas placer les meringues trop près les unes des autres, ça gonfle et ça s’étale un petit peu )

* 5 : Enfourner pour 1h30 à 90 – 100 degrés ( selon la force de votre four, j’ai laissé à 80 – 90 chez moi, mais il envoie)

* 6 : Laisser refroidir dans le four avec la porte entr’ouverte


Les meringues peuvent être un peu collantes en sortant du four, mais pas de panique, il suffit de les laisser sécher à l’air libre 🙂

DSC_0128

Sur la deuxième fournée j’ai rajouté du colorant en poudre rose et quelques gouttes d’arôme vanille liquide. Ça a bien marché aussi.

DSC_0102

J’ai senti un léger goût de pois chiches quand j’ai goûté la première fournée direct en sortant du four, mais il a complètement disparu après refroidissement complet. J’ai fait goûter les deux sortes à des amis qui se sont régalés et n’ont pas du tout senti le pois chiche. Mission accomplie, c’était très rigolo à faire en plus, et le côté magique de la recette m’a rendue complètement intenable pendant quelques jours 🙂

Voilà, cette base peut se personnaliser, pour le reste, je vous conseille le groupe Facebook dont sort la recette, le blog du créateur génial, et le groupe Facebook qu’il anime : Meringue vegan : c’est moi qui l’ai faite!

DSC_0112

Publicités

TAG : 5 jours 5 recettes : Jour 2 : Recette flemme : pâtes à la soupe (de potimarron)

Pour  ce deuxième jour de recettes, j’ai choisi un plat de flemme, liquidation des fonds de frigo, zéro gâchis, prêt en 10 minutes. Aujourd’hui j’ai vraiment envie de me cacher en voyant ma photo en mode zéro effort de mise en scène, mais c’est le jeu ma pov’ Lucette.

Pâtes à la soupe (de potimarron)<br /><br /> Repas de flemme : un fond de soupe de potimarron (ici, du vert, oui, ça existe, c’est TRES bon), des pâtes. Du sel, de l’huile d’olive.<br /><br /> Stating the obvious : on fait cuire les pâtes, on les égoutte, on les mélange avec le reste de soupe (même pas besoin de la faire réchauffer avant, si vous avez vraiment la flemme).<br /><br /> Ca marche vachement bien, je sais pas si on peut faire ça avec n’importe quelle soupe, mais c’est un très bon repas de flemme. 

Repas de flemme : un fond de soupe de potimarron (ici, du vert, oui, ça existe, c’est TRES bon), des pâtes. Du sel, de l’huile d’olive.

Stating the obvious : on fait cuire les pâtes, on les égoutte, on les mélange avec le reste de soupe (même pas besoin de la faire réchauffer avant, si vous avez vraiment la flemme). ON rectifie l’assaisonnement avec huile d’olive, sel, poivre selon son goût. Voire si on est un peu foufou on saupoudre généreusement de levure maltée et on se régale encore plus.

Ça marche vachement bien, on peut faire ça avec n’importe quelle soupe un peu épaisse, et c’est un très bon repas de flemme.

TAG : 5 jours 5 recettes : Jour 1 : sauce salade succulente sans vinaigre

J’ai été taguée par Loetitia cuisine ! Pour moi c’est l’occasion de rapatrier des recettes de mon tumblr sur ce blog en plus 🙂 Excusez les photos pas forcément terribles, ce sont des témoins de mes progrès 😉 Pour le premier jour, j’ai choisi une recette hyper simple du quotidien, mais que j’adore : la vinaigrette/ sauce salade inventée par mon copain, parce que le vinaigre, sauf balsamique, j’aime pas. Mais vraiment pas. Genre eeeeeeeeeh dégueu.

Il faut : de l‘huile d’olive, de la sauce soja, de la moutarde. 

(ici la ikea, mais on a testé pour vous, ça marche avec toutes les moutardes).

Pour les proportions :

6 cuillères à soupe d’huile d’olive, 3 de sauce soja, 2 de moutarde.

Vous versez tout ça dans un récipient, et vous mélangez bien, jusqu’à ce que le mélange épaississe.

Suivant les moutardes et selon vos goûts, vous pouvez adapter, mais c’est la moutarde qui permet la “prise” du mélange, alors j’imagine qu’en dessous d’une certaines quantité ça ne marche pas. En gros, si ça n’épaissit pas, rajoutez un peu de moutarde.

Cette sauce est assez salée, elle se suffit à elle même pour l’assaisonnement des salades et autres taboulés froids.

Il s’agit d’une base : on peut rajouter n’importe quoi dedans : des herbes, de la pâte de curry, du citron, du wasabi, du gomasio, etc.

Je déteste la sauce salade et la vinaigrette, celle ci c’est ma préférée. J’en fais un grand pot d’avance pour la semaine, comme ça ça va vite pour les petites salades. Comme ça va commencer à être la saison, je vous illustre le truc avec une jolie salade de tomates bien mûres de l’été dernier :

Bon ap’!

Les courses à la ferme + les menus de la semaine (14 mars)

DSC_0070

Les courses à 26 euros et des brouettes : de la roquette, des oignons jaunes, des betteraves de toutes les couleurs, des échalotes, des citrons, un radis noir, des carottes, de l’ail, une patate à frites, des champignons de Paris bruns, une patate douce, des oranges à jus, des pommes Gold Rush, un petit chou rouge, deux topinambours, deux avocats, un demi chou chinois et un brocoli.

DSC_0081DSC_0060

Avec tout ça, on va cuisiner :

DSC_0072

– Pour les topinambours : un velouté avec deux patates et un demi poireau de la semaine dernière, délayé au lait de soja (ça a un goût d’artichaut assez corsé, il vaut mieux adoucir un peu)

– La patate et la patate douce feront des frites avec les burgers du vendredi

– Le chou chinois : moitié cru, moitié sauté au satay

– Les betteraves, le radis noir et les avocats + la moitié du chou rouge et deux carottes : en salade de cru pour les bentos de la semaine

– Les bananes en smoothie

– Les oranges et les citrons en jus ( et la peau en zestes confits)

– Le reste des carottes : vapeur au cumin avec de l’huile d’olive ( ce week end), et une dans des lentilles vertes

– Les champignons + ceux qui restent de la semaine dernière : poêlés avec des oignons

Il restera des trucs pour la semaine d’après, samedi prochain ce sera des mini courses!

Voilà le meal plan de la semaine :

2015-03-16 19_56_01-Tumblr

Voilà!

DSC_0089

Les courses à la ferme + menus de la semaine (7 mars)

DSC_0009

Samedi, on a fait les courses pour 22,56 euros, toujours en bio, toujours à la ferme de Bordebio : On a donc pris : des champignons canons, un citron, un petit potimarron, des carottes, des patates pour purée et soupe, des oignons, des poireaux, une mini betterave rose, des avocats, des bananes, une branche de céleri, un brocoli, un gros chou fleur, et des pommes Juliet. ( il reste des petites choses de la semaine dernière : deux demi betteraves, le chou rave, les oranges et les bergamotes)

DSC_0030

DSC_0015

Les plats qu’on va faire avec ces jolis légumes :

DSC_0026

– Des champignons sautés aux herbes

– Les poireaux en multi usages ( je ne composte que les racines) : le vert en soupe avec une patate, le reste dans une tarte et sûrement un peu dans des fajitas

– Le chou fleur, dont on mange absolument tout : les feuilles et le tronc coupés finement dans un curry aux épices colombo + cannelle + curcuma, le reste rôti entier au four, d’après la recette d’Un peu gay dans les coings

– Les carottes : rapées pour les crudités de la semaine + dans une soupe avec le potimarron

– Les avocats en accompagnement de fajitas de tempeh

– Le brocoli vapeur ( pour accompagner la soupe potimarron-carotte-patates )

– Les pommes en compote avec de la cannelle

– Les oignons : un dans le curry, le reste en beignets façon oignons bahji

Bonus : mes menus de la semaine en détail et en l’état : IMG_3151

Puis un gros plan d’avocat et de chou fleur, parce que cayjoli :

DSC_0027

DSC_0002

Pumkin pie aux zestes d’orange

Pumpkin Pie aux zestes d’orange confits (vegan)<br />
Cette recette est adaptée de celle de Marie Laforêt, pour la marque SOY : elle leur a concocté trois recettes pour Halloween, allez donc les voir. <br />
J’ai acheté des oranges bio à 4 euros le kilo la semaine dernière, du coup j’avais envie de les rentabiliser à fond. D’où les zestes d’oranges confits. <br />
Deux préparations dans cette recette, donc : les zestes, et la tarte. </p>
<p>Pour les zestes confits :<br />
Ingrédients : sucre / eau / épluchures d’oranges bio</p>
<p>Peler les oranges à l’économe<br />
Faire tremper la peau d’orange dans un grand volume d’eau froide pendant au moins 2 heures (ça diminue l’amertume).<br />
Jeter l’eau de trempage, et détailler les épluchures en lamelles très fines<br />
Placer les zestes dans une casserole avec de l’eau froide et porter à l’ébullition (je l’ai fait deux fois : ça permet d’enlever l’amertume, tout comme le trempage)<br />
Égoutter les zestes, les peser, puis ajouter dans la casserole le même poids de sucre que de zestes. Ajouter un peu d’eau pour mouiller le sucre (pas trop, sinon ça risque de rallonger le temps de cuisson). J’ai ajouté de la vanille, on peut aussi les confire avec de la cannelle (quelques pincées suffisent, à adapter suivant la quantité de zestes que vous cuisinez) <br />
Placer sur un feu doux, et remuer jusqu’à ce que l’eau soit évaporée : attention : arrêter la cuisson immédiatement lorsque ça commence à caraméliser. <br />
Laisser refroidir et conserver au frigo (s’utilise dans les céréales du matin, les yahourts, les gâteaux, pour sucrer et parfumer un thé…)</p>
<p>Pour une petite tarte :<br />
Ingrédients : 1 pâte sablée /  tofu soyeux (200g) /  potiron cuit (175g) /  sucre de canne (40g) /  eau (50ml) /  cannelle (1/4 de cuillère à soupe) /  agar agar (1/2 cuillère à café)  /  zestes d’oranges confits (1 pincée, c’est puissant)</p>
<p>Garnir le moule à tarte avec la pâte sablée. Cuire 15 minutes à 165° : la pâte doit être cuite/ dorée<br />
Pendant ce temps là, cuire le potiron coupé en morceaux à l’eau<br />
Verser tous les ingrédients dans le bol d’un mixer et mixer jusqu’à ce que ce soit lisse<br />
Verser dans une casserole et porter à ébullition en remuant. Laisser bouillir 2 minutes<br />
Transvaser l’appareil sur le fond de tarte. Laisser prendre à température ambiante. <br />
Note : on ne sentira pas les zestes dans la tarte, ils seront complètement mixés. Si on préfère en sentir la texture, on peut les rajouter en en répartissant sur la tarte juste après avoir versé la crème au potiron dans le fond de tarte.<br />
Note 2 : on peut aussi se servir de la crème au potiron seule en la versant dans des ramequins

C’est encore un peu la saison, hein 🙂

Cette recette est adaptée de celle de Marie Laforêt, pour la marque SOY : elle leur a concocté trois recettes pour Halloween, allez donc les voir.

Deux préparations dans cette recette, donc : les zestes, et la tarte.

Pour les zestes confits :

Ingrédients : sucre / eau / épluchures d’oranges bio

  • Peler les oranges à l’économe
  • Faire tremper la peau d’orange dans un grand volume d’eau froide pendant au moins 2 heures (ça diminue l’amertume).
  • Jeter l’eau de trempage, et détailler les épluchures en lamelles très fines
  • Placer les zestes dans une casserole avec de l’eau froide et porter à l’ébullition (je l’ai fait deux fois : ça permet d’enlever l’amertume, tout comme le trempage)
  • Égoutter les zestes, les peser, puis ajouter dans la casserole le même poids de sucre que de zestes. Ajouter un peu d’eau pour mouiller le sucre (pas trop, sinon ça risque de rallonger le temps de cuisson). J’ai ajouté de la vanille, on peut aussi les confire avec de la cannelle (quelques pincées suffisent, à adapter suivant la quantité de zestes que vous cuisinez)
  • Placer sur un feu doux, et remuer jusqu’à ce que l’eau soit évaporée : attention : arrêter la cuisson immédiatement lorsque ça commence à caraméliser.
  • Laisser refroidir et conserver au frigo (s’utilise dans les céréales du matin, les yahourts, les gâteaux, pour sucrer et parfumer un thé…)

Pour une petite tarte :

Ingrédients : 1 pâte sablée /  tofu soyeux (200g) /  potiron cuit (175g) /  sucre de canne (40g) /  eau (50ml) /  cannelle (1/4 de cuillère à soupe) /  agar agar (1/2 cuillère à café)  /  zestes d’oranges confits (1 pincée, c’est puissant)

  • Garnir le moule à tarte avec la pâte sablée. Cuire 15 minutes à 165° : la pâte doit être cuite/ dorée
  • Pendant ce temps là, cuire le potiron coupé en morceaux à l’eau
  • Verser tous les ingrédients dans le bol d’un mixer et mixer jusqu’à ce que ce soit lisse
  • Verser dans une casserole et porter à ébullition en remuant. Laisser bouillir 2 minutes
  • Transvaser l’appareil sur le fond de tarte. Laisser prendre à température ambiante.

Note : on ne sentira pas les zestes dans la tarte, ils seront complètement mixés. Si on préfère en sentir la texture, on peut les rajouter en en répartissant sur la tarte juste après avoir versé la crème au potiron dans le fond de tarte.

Note 2 : on peut aussi se servir de la crème au potiron seule en la versant dans des ramequins

 

bento pour deux

– Risotto champignon/échalote

– Cru : roquette, chou rouge, carotte, graines germées, betterave

– Compote pomme poire cannelle / zeste de bergamote confit – mandarine

– Cru en rab avec sauce soja, huile d’olive, curcuma et graines de courge et de pavot